Les artistes de la Biennale de Sydney naviguent en eaux troubles pour produire des œuvres de beauté et d'activisme environnemental

Les artistes de la Biennale de Sydney naviguent en eaux troubles pour produire des œuvres de beauté et d’activisme environnemental

Le mauvais temps a résisté pour le week-end d’ouverture de la Biennale de Sydney, mais c’était un appel serré – et l’ironie de la situation n’a pas échappé au directeur artistique colombien José Roca : cette Biennale est dédiée à la nature et aux écologies aquatiques.

Lors de l’appel médiatique pluvieux de mardi, Roca a noté: “Nous entendons la voix de la nature en ce moment.”

Fille vêtue de danses jaunes devant un grand écran carré avec un homme couvert de feuilles installé sur la pelouse, paysage urbain en arrière-plan.
La figure et le paysage de Leaf Work de John Gerrard semblent réels, mais sont entièrement virtuels. Il le décrit comme une plainte pour l’environnement.(ABC : Ambre Ma)

Intitulée « rīvus » du latin « ruisseau » mais aussi « rivalité », cette Biennale propose des œuvres d’une beauté stupéfiante tout en naviguant en eaux troubles.

Les travaux s’attaquent à la pollution, aux changements climatiques et à l’effet de la colonisation sur la garde des écosystèmes par les Premiers Peuples.

Une longue peinture à l'aquarelle occupe une grande partie du mur d'une galerie, avec des mains bleues sortant d'un plan d'eau
L’aquarelle de l’artiste camerounais Barthélémy Toguo, The Generous Water Giant, comporte cinq parties, représentant les continents de la Terre.(Fourni : Biennale de Sydney / Photographie documentaire )

Huit des participants à la Biennale sont des fleuves (dont le Vilcabamba et Rivières Napo en Équateur; et le Baaka / Rivière Darling en Australie), en reconnaissance du mouvement mondial de reconnaissance des droits de la nature.

Au Quai 2/3 à Walsh Bay, L’Ambassade de la Mer du Nordun groupe qui défend la personnalité juridique de cette étendue d’eau (qui se trouve au large de la côte est de l’Angleterre), a mis en place un avant-poste temporaire dans le cadre de la Biennale.

L’art et l’activisme vont de pair tout au long du festival.

À la Galerie d’art de la Nouvelle-Galles du Sud (AGNSW), Oncle Badger Batesun aîné de Barkindji, artiste et défenseur de l’eau, a présenté une série de gravures saisissantes sur linogravure et de sculptures murales sur un fond mural.

Il a déclaré que sa principale raison de participer à la Biennale était de parler de son pays et de sensibiliser aux problèmes environnementaux découlant de la gestion gouvernementale du système fluvial Murray-Darling Basin.

Un mur de galerie recouvert d'un motif de linogravure en noir et blanc, avec des impressions en noir et blanc dessus, et un arc-en-ciel en vitrail.
Une série d’œuvres de l’aîné Barkindji et de l’artiste Oncle Badger Bates occupe un mur de la galerie d’art de la Nouvelle-Galles du Sud. (Fourni : Biennale de Sydney / Photographie documentaire )

Au Quai 2/3, une installation de mâts totémiques côtoie les affiches de campagne d’un groupe appelé Détroit de Torres 8: huit propriétaires traditionnels de Zenadh Kes (îles du détroit de Torres) qui ont déposé un recours collectif historique contre le gouvernement australien pour son inaction face au changement climatique.

Espace pour jouer ou mettre en pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour rechercher, flèches haut et bas pour le volume.

Lecture audio.  Durée : 14 minutes 51 secondes

Oncle Badger Bates sur la crise de l’eau de Murray-Darling (2019)
Télécharger 6,8 Mo

“Un delta de possibilités”

Roca savait qu’il voulait poursuivre un thème sur l’eau lorsqu’il a été nommé en 2020, mais a également engagé une équipe de conservateurs pour façonner en collaboration la Biennale avec lui – et dit qu’il devait rester ouvert à leurs idées et perspectives.

“Je ne voulais pas imposer ça [my original theme] sur mes co-commissaires », explique-t-il.

Si vous faites le commissariat seul, vous apportez un certain goût, un certain ensemble d’intérêts, c’est inévitable. Quand vous faites le commissariat collectif, alors toutes ces autres sensibilités viennent [into the mix]. “

En travaillant avec cette équipe, le concept initial de Roca, ou “source”, s’est transformé en “un delta de possibilités” sur deux ans de conversation et de collaboration.

Trois femmes et deux hommes font la queue face à la caméra, souriants, à l'extérieur avec un ciel crépusculaire en arrière-plan.
Commissaires de la Biennale de Sydney : Hannah Donnelly, Anna Davis, José Roca (directeur artistique), Talia Linz et Paschal Daantos Berry.(Fourni : Biennale de Sydney / Joshua Morris)

“Ce n’est pas une biennale sur les rivières, ou l’eau d’ailleurs ; c’est une biennale sur les masses d’eau et les écologies qu’elles soutiennent, et elle se ramifie dans les idées des droits de la nature et de la voix de la nature… la collaboration inter-espèces, la voix du non-humain, et bien d’autres [ideas]”, a déclaré Roca lors de l’appel aux médias de mardi.

Une programmation de plus de 330 œuvres et 80 participants est répartie sur six lieux principaux, chacun avec une thématique différente.

Cette Biennale est à plus petite échelle que les récentes, de par sa conception : Roca était catégorique dès le départ qu’il voulait modéliser un type de festival des arts plus durable.

Cela a entraîné un minimum de déplacements pour lui et ses co-commissaires (Roca a déménagé de Colombie à Sydney après avoir été nommé et n’a pas voyagé à l’étranger depuis), une réduction du fret et différentes approches pour construire les œuvres d’art et l’infrastructure d’exposition.

Dans The Cutaway at Barangaroo, l’équipe d’installation de la Biennale a créé un échafaudage pour monter les œuvres d’art – mais n’a revêtu que le côté tenant l’œuvre : “Le reste est laissé visible, de sorte que nous n’avons pas dépensé de matériel cachant quoi que ce soit à la vue des gens”, Roca explique.

Pour le revêtement, ils ont réutilisé les palissades en contreplaqué du Sydney Modern Project d’AGNSW.

Une structure en bambou en forme de vague et des tissus colorés pendent chacun du plafond d'un espace caverneux
Vue d’installation, 23e Biennale de Sydney, rīvus, 2022, The Cutaway at Barangaroo.(Fourni : Biennale de Sydney / Photographie documentaire )

La Biennale a également lancé un appel public aux innovations en matière de conception durable et a adopté plusieurs des soumissions – y compris une alternative durable et non toxique au MDF (panneau de fibres à densité moyenne).

“La vérité est qu’à moins que ces choses ne soient plus systémiques et ancrées dans le fonctionnement des institutions, cela ne fonctionnera qu’à un niveau symbolique”, déclare Roca.

Action symbolique et action tangible ne sont cependant pas toujours incompatibles : à l’AGNSW, l’œuvre interactive Un battement, un arbre (par le regretté artiste belge Naziha Mestaoui) invite le public à planter un arbre virtuel et à l’entretenir à l’aide de ses mouvements corporels. Pour chaque semis virtuel, un vrai sera planté.

Un homme et une femme se tiennent devant un écran montrant une scène d'arbres virtuels aux teintes vertes poussant dans une forêt
One Beat, One Tree utilise la cartographie vidéo et le suivi des mouvements pour permettre aux visiteurs de planter et de faire pousser un arbre virtuel avec leurs mouvements.(Fourni : Biennale de Sydney / Photographie documentaire )

Les voix de la nature

La voix de la nature est présente à travers la Biennale.

Dans The Cutaway, des enregistrements de terrain d’oiseaux aquatiques australiens émanent d’une installation suspendue de branches en forme de bassin de la rivière Murray, créée par l’artiste mexicain Tania Candiani.

Pièce assombrie avec des illustrations numériques sur deux murs, composées de lignes vertes lumineuses.
Bernie Krause croit que la musique humaine dérive de ce qu’il appelle “la biophonie”.(Fourni : Fondation Cartier pour l’art contemporain / Luc Boegly)

Quelques niveaux plus haut, dans un espace de galerie temporaire créé sur Stargazer Lawn, les visiteurs peuvent écouter les sons de plus de 1 500 créatures du monde entier – y compris le perroquet à tête bleue et le Grand Potoo de l’Amazonie ; l’otarie de Californie et la baleine à bosse – en Le grand orchestre animalier.

L’œuvre est le fruit d’un projet de plusieurs décennies mené par un musicien et concepteur sonore américain. Bernie Krausequi a travaillé avec le collectif britannique Artistes visuels unis transformer sa bibliothèque d’enregistrements en une installation audiovisuelle.

Espace pour jouer ou mettre en pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour rechercher, flèches haut et bas pour le volume.

Lecture audio.  Durée : 18 minutes 33 secondes

En bas de la route, au quai 2/3, les visiteurs peuvent écouter des enregistrements sous-marins capturant la biodiversité de la mer du Nord, réalisés par le Ambassade de la mer du Nord.

La nature prend également une voix plus poétique : pour chacune des rivières « participant » à la Biennale, une vidéo a été réalisée dans laquelle un gardien culturel imagine ce que dirait la rivière.

Un certain nombre d’œuvres sont des entités vivantes et en pleine croissance : une série de portraits « photographiques » sur des lits d’herbe verticaux, par le duo britannique Ackroyd et Harvey; et des œuvres en tissu fabriquées à partir de la base, par l’artiste allemand Diana Scherer.

Un portrait photographique d'une femme à l'air provocateur imprimé sur de l'herbe accrochée dans un hall d'entrée grandiose
Heather Ackroyd et Dan Harvey utilisent la photosynthèse pour créer des portraits sur l’herbe. Sur la photo : l’activiste climatique Lille Madden.(Fourni : Biennale de Sydney / Photographie documentaire )

Plusieurs œuvres d’art fonctionnent également comme des enregistrements visuels de la biodiversité menacée : à l’AGNSW, une série de dessins de Sheroanawe Hakihiiwe, un artiste autochtone yanomami de la région amazonienne vénézuélienne, dépeint la vie végétale ; au Musée d’Art Contemporain (MCA), illustrations de l’artiste Nonuya-Muinane Mogaje Guihu (alias Abel Rodríguez) capturer les nombreuses espèces d’ananas et de yuccas, entre autres flore indigène.

Une illustration d'une jungle dense montrant des arbres et des plantes, avec des animaux.  Lectures manuscrites : Monte Firme 22/08/2020
Abel Rodríguez (ou Mogaje Guihu) a appris à illustrer afin qu’il puisse enregistrer sa connaissance de la vie végétale amazonienne pour la postérité.(Fourni : Biennale de Sydney / Sandra Vargas)

La connexion de Roca à la nature a commencé dans l’enfance; alors qu’il grandissait à Bogota (“Ça ne devient pas plus non rural que ça”, dit-il sèchement), son père était responsable d’un parc naturel dans les Caraïbes : “J’étais comme un gamin sauvage, je me promenais tout seul dans ce parc », se souvient-il.

Plus tard dans la vie, ce lien avec la nature s’est manifesté dans les randonnées et le camping. Son point de vue a également été façonné par les rituels autochtones impliquant le Yagé (ou Ayahuasca), qui sont fondés sur l’interdépendance du monde naturel.

Cela explique peut-être le sentiment que sa Biennale présente non seulement un lien tangible et philosophique avec la nature, mais aussi parfois un lien spirituel.

La Biennale de Sydney se déroule jusqu’au 13 juin 2022.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.